POURQUOI PAS ? COLLE DE POISSON CHARGEE ET EPOXY 1253 : DEUX APPROCHES COMPAREES POUR LE COLLAGE-BOUCHAGE DES SUPPORTS DE PEINTURE SUR BOIS

 Jonathan GRAINDORGE LAMOUR – Restaurateur support bois

Les échanges à l’étranger sont l’occasion de se questionner sur les pratiques admises dans notre pays et perçues différemment ailleurs. Cette année de formation au musée du Prado, après mes études en France et en Belgique a été l’occasion de mieux comprendre des pratiques jusque-là étrangères.

 

Il sera question ici de faire état de l’emploi d’adhésifs chargés dans le cas de collages-bouchages nécessaires pour redonner cohésion au support d’une peinture sur bois. En particuliers, nous discuterons de deux adhésifs majoritairement utilisés : la colle de poisson High Tack Fish Glue chargée, pour la France et la Belgique, et l’Epoxy 1253 pour l’Espagne et les Etats Unis.

1-Pour commencer, nous exposerons brièvement les origines et les caractéristiques des altérations auxquelles nous tentons de trouver un remède : ouvertures de joints et fentes.

2-Les contraintes imposées par l’intervention sur un support d’une peinture nous amènerons ensuite à un bref exposé du cahier des charges. Les critères de sélection des adhésifs sont partagés par tous et des études comparatives sont disponibles. Pour autant, le choix du praticien se base aussi sur ses appréciations personnelles. Le partage d’expérience peut justement permettre de questionner nos habitudes.

 

3-Nous tenterons donc d’exposer les critères qui mènent à la valorisation de la colle de poisson ou de l’Epoxy 1253. Certains, comme la réversibilité, nécessitent d’être définis préalablement pour comparer ces deux adhésifs. D’autres, comme la résistance adéquate de la colle chargée aux sollicitations mécaniques et environnementales sont difficiles à déterminer face à l’œuvre, toujours unique. Ainsi nous verrons que la faiblesse de l’un ou la supériorité de l’autre peuvent aussi bien conduire à la sélection ou à l’exclusion d’un même adhésif.

4-Enfin, nous terminerons par l’exposé de deux cas pratiques pour lesquels l’Epoxy 1253 a été utilisée. Il s’agitde deux peintures flamandes : un grand format du XVe siècle et un format courant du XVIIe siècle.

Détail de Triomphe de l´Amour Divin de Pierre Paul Rubens – Exemple d’ouverture de joint

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s