EVALUER L’INTERACTION ENTRE UN CHASSIS A RESSORTS ET SON SUPPORT POUR GARANTIR SON UTILITE

Bertrand MARCON – Dipartimento di EconomiaIngegneriaScienze e TecnologieAgrarieForestali (DEISTAF), Università di Firenze, Via S. Bonaventura 13, 50145 Firenze, Italie / Laboratoire de Mécanique et Génie Civil (LMGC), Université Montpellier-2, CNRS UMR 5508, CC 048, Place E.-Bataillon, 34095 Montpellier cedex 5, France

Luca UZIELLI – Laboratoire de Mécanique et Génie Civil (LMGC), Université Montpellier-2, CNRS UMR 5508, CC 048, Place E.-Bataillon, 34095 Montpellier cedex 5, France

Andrea SANTACESARIA – Oppificio delle Pietre Dure, Viale F. Strozzi, 1 (Fortezza da Basso) 50129 Firenze, Italie

Ciro CASTELLI – Oppificio delle Pietre Dure, Viale F. Strozzi, 1 (Fortezza da Basso) 50129 Firenze, Italie

Daniele PIACENTI – StudioDanielePiacenti, Via Maggio 54, 50125 Firenze, Italie

 

Plusieurs raisons motivent l’ajout d’un système de châssis au revers d’un tableau, la principale étant de limiter les mouvements hors plan pouvant dégrader l’état de conservation de la couche picturale. Nous pouvons constater aujourd’hui les effets néfastes des châssis trop rigides par l’apparition de fissurations du support, soumis à des niveaux de contraintes d’origine hydromécanique importants durant des années, voire des soulèvements de couche picturale. Depuis une cinquantaine d’années, on utilise un système de fixation d’un châssis ou de traverses par l’intermédiaire de ressorts permettant un contrôle sur les mouvements hors plans sans pour autant empêcher le retrait-gonflement dans le plan du panneau. L’étude présentée ici met en avant un outil venant en appui à cette pratique de restauration. Il est possible qu’il remette dans certains cas en question une certitude ou une habitude de travail du restaurateur.

Lorsque le contact entre le châssis et le panneau est réalisé, la force exercée par les ressorts est égale à la pré-charge. A l’opposé, lors d’un tuilage du panneau, la force exercée par les ressorts est plus importante que la précharge initiale et tend à reformer le contact entre les deux structures. L’intensité de l’interaction châssis/panneau peut être modifiée très facilement si nécessaire en augmentant la précharge ou la rigidité des ressorts. Ce choix de restauration est également totalement réversible. L’ensemble de ces avantages a rendu ce système très populaire et pratiqué par de nombreux artisans.

Il reste néanmoins de nombreuses questions qu’un restaurateur doit résoudre afin d’adapter la structure du châssis et les ressorts à chaque cas particulier.

L’étude scientifique présentée ici propose à terme d’anticiper sur la mise en œuvre du châssis par l’intermédiaire d’un modèle numérique prenant en compte l’ensemble des paramètres spécifiques au tableau et au châssis. Ce projet vise à fournir un outil informatique adapté aux artisans pour profiter au mieux des expertises métiers et scientifiques complémentaires. L’étude réalisée sur un triptyque a permis de vérifier la pertinence de l’approche mécanique et « modèle » pour l’application concernée.

Tryptique en restauration en atelier: Madonna in trono col Bambino e Santi (1435) par Andrea di Giusto

Tryptique en restauration en atelier: Madonna in trono col Bambino e Santi (1435) par Andrea di Giusto

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s