6e journée d’étude
Vendredi 2 octobre 2015

Musée des Arts décoratifs
Salle de conférence
111 rue de Rivoli, Paris

ASSEMBLER, DESASSEMBLER, RÉASSEMBLER

Objet acquis en pièces détachées, objet désassemblé en cours de restauration, objet abandonné, objet cassé par une manipulation malencontreuse, objet transformé… De nombreuses raisons amènent les conservateurs et restaurateurs à traiter de la question des assemblages. Les questions classiques devant un objet désassemblé (parfois rendu à l’état de fagot !) sont les suivantes:

  • comment était initialement l’assemblage,
  • pour quelles raisons est-il dans cet état désassemblé,
  • comment  réassembler,
  • pour quel résultat ?

Les raisons d’un désassemblage sont multiples. Elles peuvent être dues à une évolution de l’œuvre pour des raisons pratiques et/ou techniques. Le désassemblage peut être aussi dû au comportement thermo-mécano-sorptif du bois. La problématique du ré-assemblage peut être comprise soit d’un point de vue « traditionnaliste » soit d’un point de vue de conservateur-restaurateur, avec la mise en œuvre de nouveaux procédés (« domino », aimant, sangle,…).

Les présentations porteront sur des cas concrets d’objets totalement ou partiellement désassemblés. Cette problématique pourra être abordée d’un point de vue technique et/ou historique. L’impact des propriétés mécano-sorptives sur les assemblages pourrait être illustré. Des exemples de désassemblage ou de ré-assemblage réussis (ou non) seront les bienvenus

Présentation du groupe bois mobilier

Le groupe bois de la Section française de l’Institut International de Conservation (SFIIC) est animé par Remi CATILLON (restaurateur au Conservatoire national des arts et métiers), Roberta CORTOPASSI (conservatrice au Centre de restauration et de recherche des musées de France), Céline GIRAULT (restauratrice mobilier), Benoît JENN (restaurateur mobilier, responsable de l’atelier mobilier aux Arts Décoratifs), Léa WEGWITZ (restauratrice mobilier) et Emmanuel MAURIN (ingénieur bois au LRMH).

Ce groupe est une association.

La cotisation pour participer à cette association et à la journée annuelle est de 30€/an.

Programme

AUTEUR Titre de la communication
9h30-10h Accueil des participants
10h- 10h30 Florence BERTIN Introduction
10h30-11h Frédéric LEBLANC
Frédéric DASSAS
Contrainte des assemblages dans une console aux formes extrêmes
11h-11h30 Pause-café / Inscription
11h30-12h Anne-Stéphanie ETIENNE
Philippe GALIMARD
Le temps peut-il faire à l’affaire ? Repositionner un assemblage à plat joint grâce aux propriétés de fluage du bois.
12h-… Visite du Musée des Arts Décoratifs
…-14h30 Repas libre
14h30-15h30 Delphine JULLIEN
Benoit JENN
Descriptions et problématiques d’assemblage : points de vue croisés de mécanicien et de conservateur restaurateur
15h30-16h Pause-café
16h-16h30 Jacques BRISWALTER Présentation d’une console montée par assemblage cloués.
Atelier de Bonzanigo ( 1745-1820), Italie du Nord
16h30-17h Débat général & Conclusion

Contrainte des assemblages dans une console aux formes extrêmes

Frédéric DASSAS, Conservateur
Frédéric LEBLANC, Restaurateur mobilier au Centre de recherche et de restauration des musées de France

La restauration de mobilier n’est pas une science exacte, le restaurateur est parfois confronté à des cas de conscience, entre intervenir et ne rien faire, restaurer et dérestaurer. A chaque restauration de nouvelles questions. Le métier de restaurateur d’objet d’art tend plus qu’auparavant vers une prudence et un minimalisme des interventions qui visent à répondre aux critères de déontologie de la restauration moderne, mais dans un certain nombre de cas  il reste nécessaire d’intervenir de manière plus approfondie pour la bonne conservation des objets.

C’est le cas de cette belle console en bois doré, provenant du château de Bercy et conservée au musée du Louvre (OA 5088). L’un des sculpteurs, André ou Mathieu Legoupil, a voulu défier les lois de la gravité en construisant une console dont les courbes et contrecourbes font subir au bois des contraintes extrêmes. Depuis 1901, date du versement au Mobilier National, deux incidents majeurs ont marqué sa longue vie. Pourquoi ces épisodes ? Auraient-ils pu être évités ? Cette présentation tâchera de montrer les différentes méthodes d’investigations pour la compréhension des événements survenus et les choix effectués pour la restauration en vue de la remise en place dans la salle des boiseries Le Bas de Montargis.

 Fred_BLANC-1  Fred_BLANC-2
Console en bois doré, provenant du château de Bercy (Musée du Louvre)

Le temps peut-il faire à l’affaire ? Repositionner un assemblage à plat joint grâce aux propriétés de fluage du bois

Anne-Stéphanie Etienne : Restauratrice du patrimoine, spécialité mobilier et objets bois
Philippe Galimard : Maitre de conférence, Institut d’Ingénierie et de Mécanique de Bordeaux

Anne-Stéphanie Etienne s’est appuyée sur son travail de diplôme à l’Institut national du patrimoine pour extraire une étude de cas. Le sujet portait sur la conservation-restauration d’une hélice de dirigeable, appartenant au musée de l’Air et de l’espace, Le Bourget (MAE).

L’hélice présentait un mauvais état de conservation. La structure, constituée de onze lames de bois assemblées à plat joint et contrecollées, était profondément affectée par un niveau élevé d’ouvertures des joints (décollements) et par des déformations permanentes. Est-il envisageable de repositionner les lames pour redonner à l’hélice sa forme aérodynamique ?

Une modélisation mécanique réalisée par le Laboratoire de l’Institut de Mécanique et d’Ingénierie (I2M) de Bordeaux, allant dans le sens d’un pronostic établit en amont, avait conclu à l’impossibilité de repositionner les lames déformées par serrage immédiat « à sec »  sans risque de casse des éléments.

Parallèlement, l’apport d’humidité et de chaleur, permettant de modifier les propriétés du bois et de traiter les déformations, devait être écarté suite à une étude technologique de l’objet révélant la présence d’une double couche de vernis originelle et rare.

Après évaluation des informations et problématiques résultant de ce travail, il a été décidé de traiter la structure de l’hélice par stabilisation des lames sans remise en forme. Ce choix a été fait avec la pleine conscience d’avoir laissée une question en suspens :

En prenant en compte les propriétés de fluage du bois, combien de temps aurait-il été nécessaire pour fermer le joint d’assemblage, c’est-à-dire « redéformer» les lames de bois de manière permanente grâce à l’application progressive de forces adaptées ?

Cette 6e journée d’étude, a donné l’occasion de reposer cette question à l’I2M de Bordeaux

 ETIENNE-GALIMARD
Hélice de dirigeable, appartenant au musée de l’Air et de l’espace, Le Bourget

 

Descriptions et problématiques d’assemblage : points de vue croisés de mécanicien et de conservateur restaurateur

Benoît JENN, restaurateur mobilier, responsable de l’atelier mobilier aux Arts Décoratifs
Delphine JULLIEN, Maitre de conférences, Laboratoire de mécanique et génie civil de Montpelier

Afin de préparer la journée du Groupe bois, des conservateurs, conservateur-restaurateurs et des scientifiques se sont rencontrés autour d’objets présentant des questions sur les assemblages.

Tout d’abord au Musée des arts décoratifs, un cadre aux assemblages cassés et un fauteuil au montage particulier ont fait l’objet de discussions. Puis, dans l’atelier mobilier du CRRMF, le centre des attentions s’est concentré sur la console de Bercy, ses assemblages originaux et leurs multiples « consolidations ».

A propos de chaque objet, les points de vue des conservateurs-restaurateurs et des scientifiques ont été croisés. Les restaurateurs ont exprimé leurs questions et les scientifiques ont, en général, reformulé les mêmes questions. Des vocabulaires spécifiques ont été exprimés. Ainsi, à partir des objets et en fonction des « faciès de rupture », des « contraintes », des « degrés d’isostaticité », mais aussi en fonction des types d’assemblage et des systèmes constructifs, des thématiques d’études ont été identifiées.

Celles-ci feront l’objet de la présentation du 2 octobre.

                                JULLIEN-JENN-1            JULLIEN-JENN-2 

Photos illustrant la journée de rencontre autour des objets

Présentation d’une console montée par assemblage cloués.
Atelier de Bonzanigo (1745-1820), Italie du Nord

Jacques BRISWALTER

BRISWALTER-1  BRISWALTER-2

Vues (face et côté) de la console Bonzanigo (1745-1820)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s